Bruno Campanati

Instruments baroques

Évolutions

La famille des  violons n’a pas été inventé, c’est l’évolution d’autres instruments à archets comme par exemple la lyre (elle-même cousine d’instruments plus anciens) ou la viola da  bracio ou encore le violone, jusqu’au 17em siècle pour qu’au 18em les recherches de proportions  et d’esthétiques, on parle de nombre d’or, soit arrêtées.
Nous retrouvons, dans les manuscrits, des indications sur la manière de jouer la musique. Nous voyons dans la peinture les évolutions, plus ou moins réalistes, des instruments et archets baroques ainsi que des mises en scènes de musiciens dans des situations variés.

Musiques anciennes

Si le violon, l’alto et le violoncelle sont baroque, la musique est ancienne et de plusieurs époques.
Les compositions sont libres d’interprétation, on  imite  les voix, les sons de la nature. L’accordage des instruments peut être différent et les cordes déplacées sur le chevalet. Profane ou sacrée la musique est joué dans les tavernes, les jardins, les salons, la cour des rois, les églises. Elle pouvait être improvisé et, bien sur, joué pour être dansé.
Les formations, les ensembles sont alors réduits et c’est l’église qui, pour asseoir sa grandeur, commande, aux compositeurs que nous connaissons, de grandes œuvres pour des orchestres conséquents. D’où le besoin d’instruments plus puissant, de cordes filées argent ou alliage de métaux, puis l’abandon du boyau cru et la modification des instruments du quatuor…

Les cordes en boyau

En comparaison, les cordes, en boyau de mouton, exercent moins de pression sur la table d’harmonie. Le chevalet est plus bas, l’angle du manche moins prononcé.
Le manche et donc le diapason sont plus court, la barre est moins longue, plus légère.
Le manche est collé sur les éclisses et peut être cloué de l’intérieur…
La touche est plus légère (moins d’ébène) et plus courte, elle sera rallongée pour permettre aux solistes classiques de jouer plus de notes.

Partage